No chichi no gâchis : la journée anti-gaspi

compost2

Mon seau à compost.

J’ai été éduquée comme ça : chez nous, on ne gâche pas = on finit ses plats, on fait un compost, on utilise les épluchures etc…Je profite de cette 6ème journée de lutte nationale contre le gaspillage alimentaire pour continuer ma série no-chichi-no-gâchis (je vous invite à relire mes vieux articles ici celui sur les agrumes et ici le pain) et rappeler que :

ON GASPILLE ENCORE TELLEMENT…

  • 1/3 des aliments produits dans le monde ne sont pas consommés, soit 10 millions de tonnes gaspillées par an en France
  • 1/4 de ces aliments sont encore emballés (bonjour, le plastique)
  • 30kg et 160€ par an et par personne sont donc littéralement jetés par les fenêtres

(Pour encore plus de chiffres et de détails, vous pouvez réécouter l’émission Des idées pour demain diffusée en août 2018 sur France Inter)

BEAUCOUP D’ACTIONS SONT DÉJÀ EN COURS :

  • Depuis 2016, la loi oblige les grandes surfaces à donner les invendus à des associations. Les villes incitent de plus en plus au tri sélectif et à la récupération des déchets verts (même si on est encore très loin de l’exemple de San Francisco, première ville zéro déchet)
  • Des épiceries et des restaurants s’engagent contre le gaspillage, comme les confitures Re-belle ou ce restaurant parisien Simone Lemon.
  • Des applications s’inventent comme Too Good To Go qui permet aux commerçants de vendre leurs invendus à des consommateurs qui, en plus d’éviter le gaspillage, paient leurs produits moins cher.

MAIS, COMME TOUJOURS, LA SOLUTION COMMENCE PAR DES GESTES QUOTIDIENS ET INDIVIDUELS !

  • Bien s’organiser : ça commence dès la liste de course et le rangement du frigo, ça implique de gérer les quantités et d’anticiper les repas de la semaine (à venir, mon article sur le batchcooking…)
  • Cuisiner les restes : j’organise tous les dimanches un Dîn’apéro avec les enfants, c’est festif et ça rend les restes tout de suite plus appétissants!
  • Ne pas avoir peur de consommer les aliments en entier (le vert des poireaux par exemple…), ni de dépasser la date limite de consommation (des yaourts « périmés » de quelques jours sont la plupart du temps encore bons – je me fie à mon nez !)
  • Recycler : composter reste le geste ultime face à d’incontournables déchets.

Tout ça en gros c’est manger responsable, c’est à la fois acheter moins mais mieux, jeter moins, et récupérer plus… je ne peux pas m’empêcher de penser à ce film d’Agnès Varda « Les glaneurs et la glaneuse », à voir absolument.