Plastique pas si fantastique

par alice roca

IMG_5398

J’ai pris cette photo à l’aéroport de Naples mais on pourrait la prendre dans tous les aéroports. Une table remplie de petites bouteilles en plastique, à moitié pleines, se situant juste avant  les contrôles. Pourtant, on le sait bien quand on prend l’avion, on ne passe pas avec une bouteille d’eau, non?

Le documentaire « Plastique partout! Histoire de déchets » est saisissant (à voir sur Arte jusqu’au 2 juin 2018). Il traite du fléau du plastique tout en ouvrant sur des solutions. Le tout de manière très accessible et vulgarisée.
Pour ceux qui n’ont pas le temps et parce que c’est trop important, en voici les points clés.

On apprend que :

–  le plastique est un réel danger pour l’eau, l’environnement et la santé des hommes

–  bientôt il y aura plus de plastiques que de poissons dans nos océans

–  son usage le plus souvent unique est catastrophique

–  entre 1950 et 2015 on a produit 6,3 milliards de tonne de déchets plastiques dont seulement 9% ont été recyclés, 12% brûlés et 79% dans des décharges, mers, cours d’eau, océans

–  en 2050 on prévoit 12 milliards de tonne de déchets à la surface des océans

la Chine est la déchetterie de l’Europe, elle recueille le plastique de 80% du monde entier

–  l’Union Européenne envoie 87% de ses déchets en Chine. La loi interdit d’envoyer des déchets dans d’autres pays mais on les déclare comme « matières premières » et ça passe tout seul, oui oui.

–  la Chine a décidé de fermer l’accès en 2018. Il faut voir le passage sur la province de Shangdong où les habitants vivent dans le plastique : mangent dedans, se nettoient le visage dans l’eau pleine de plastiques etc…. Les pays européens sont donc complètement dépendants de la Chine.

–  les jouets en plastique provoquent des maux de têtes (et certainement d’autres maux…). Une équipe de chercheurs étudie le sujet, plus l’odeur est forte plus l’objet contient des particules toxiques.

– la guerre des pailles : aux Etats-Unis sont utilisées 500 millions de pailles en plastique par jour. Le documentaire montre l’image choc d’une tortue de mer avec une paille coincée dans sa narine en sang, monstrueux.

–  le plastique est présent dans toute la chaîne alimentaire. Les poissons mangeront bientôt autant de plastiques que de planctons. Sympa, non ?

–  il n’y a aucun tri en Indonésie, Chine et Amérique du sud, responsables de la moitié de la pollution liée au plastique sur la planète

–  le business du plastique emploie 60000 personnes en Europe et crée 1,5 million d’euros (ah ok on comprend mieux…)

–  les microplastiques sont partout : dans notre eau, notre terre, notre air. Ils ont des conséquences néfastes pour notre santé.

On pourrait :

–  dans l’ensemble mieux et plus recycler

–  faire pression sur les hommes politiques et les entreprises

–  remettre en place des systèmes de consigne

–  empêcher les plastiques d’atteindre les océans (en les récupérant au moins dans les fleuves en amont)

–  trouver un nouveau plastique à recycler 

–  créer un impôt

– réduire les subventions au pétrole pour en donner aux produits alternatifs

–  deux canadiens ont créé la « Plastik Bank » pour donner une valeur au plastique, que collecter les déchets présentent un intérêt. Ils ont commencé à mettre en place ce système en Haiti.

–  penser dès la conception du produit en plastique à son recyclage (au boulot les designers)

–  une allemande a crée une entreprise de pailles… en paille ! Evidemment cela coûte plus cher que celles en plastique mais elle fait travailler les prisonniers, ce qui réduit le  coût de production

A notre échelle :

–  d’abord en utiliser moins

– on investit dans une bonne gourde légère qu’on prend partout avec nous (on peut même passer les contrôles de l’aéroport tant qu’elle est vide puis la remplir après)

–  on refuse au maximum les sacs plastiques, les pailles, les emballages plastiques . Il ne s’agit pas de se rendre la vie infernale, et au début on a du mal à « refuser » mais on finit par y arrive. Au marché maintenant, les marchands qui me connaissent ne me proposent plus de sac en plastique, ils me voient arriver avec tous mes sacs en tissus, sacs en papiers 10000 fois utilisés et me font un sourire en coin…

Mais le message final est clair : Il devient urgent d’agir, politiquement. 

Le documentaire sur Arte « Plastique partout ! Histoire de déchets » en ligne jusqu’au 2 Juin 2018. (lien ici)