no graines no future

par alice roca

archedessin

Si vous pensez aussi qu’on doit se nourrir avec conscience : se sentir responsable de ce que l’on achète, faire soi-même, éviter le plus possible les aliments déjà transformés, connaître l’origine de nos aliments, en somme : SAVOIR. Alors vous apprécierez  ce documentaire saisissant : La guerre des graines.

Il présente entre autre :

– notre Vandana Shiva adorée. Emblème de la révolution écologique, elle est connue mondialement pour sa défense du libre partage des semences et de l’agriculture paysanne. Elle nous prouve que l’agro-écologie produit mieux et plus que l’agriculture industrielle, et surtout que c’est en prenant cette voie que la planète pourra être nourrie.

nos rebelles de la graine : l’association Kokopelli mais aussi des paysans seuls qui luttent contre les semences hybrides.

– nos chères multinationales (Monsanto en premier) qui contraignent les agriculteurs à racheter des semences hybrides censées avoir un meilleur rendement mais qui détruisent les sols et rendent les paysans dépendants.

– cette fascinante réserve mondiale de semences, sorte de bunker polaire qui prétend conserver les graines du monde entier pour des centaines d’années. Mais qui en réalité est en train de devenir une gigantesque réserve de brevets qui ne profite(ra) qu’aux multinationales qui les ont déposés.

– ce « Noé des champs », qui cultive son blé, fabrique sa farine et fait son pain qu’il vend localement. Il sème une centaine de variétés de blés ayant chacune des propriétés et des forces spécifiques. Ainsi elles se complètent et évitent une trop grande propagation des maladies. Ses champs sont beaux, les blés y sont de toutes les couleurs, formes et tailles.

On comprend que :

– le retour à une production locale et à une distribution en circuits courts est au cœur des solutions.

– la terre n’a ni besoin de produits chimiques ni d’OGM pour nourrir le monde.

– il est indispensable de conserver les semences non modifiées et de faire en sorte qu’elles soient libres de droit et reproductibles.

A notre échelle :

–  si on a un jardin ou un balcon, on peut acheter ses graines chez Kokopelli ou Graines de troc.

– quand on fait son marché on peut s’efforcer de choisir des produits de saison et locaux, cela paraît être la base mais parfois on l’oublie, non?